vendredi 26 septembre 2014

Le Chateau de Tarascon



On le voit de Beaucaire, et cela donne envie de sortir du Gard et d'aller dans les bouches du Rhone. Cette façade est typique des construction du XII eme siecle avec ses tours carrées.


Ce sont les ducs d'Anjou Louis II et son fils Louis III qui construisirent ce chateau pour asseoir leur autorité sur la région puisqu'ils étaient Comtes de Provence, Louis III meurt en 1434 après lui, ce sera le Roi René


De l'autre coté le chateau ressemble plus à la bastille qui n'a que trente ans de plus que le Chateau de Tarascon, la poudre a canon n'avait pas été encore introduite en France


Construction sévère, mais l intérieur réserve des surprises.


Nous venons de passer le pont levis, je dois avouer que j ai été extrèmement surpris par l accueil  du personnel, un acceuil chaleureux rare dans les Musées qui m a surpris








Dans la premiere cour intérieure, un passage d 'eau, il vient de la Fontaine de la Fortune et le dépliant qui vous est donné indique  que c'est une allusion à l' oeuvre écrite par le Roi René d'Anjou, le livre de coeur d'amour épris, ou bien le Chevalier Coeur, allégorie et incarnation littéraire du Roi, fait une halte devant le seuil noir de la fontaine, de laquelle s'écoule une eau maléfique




Nous venons de visiter le Logis des services  ou se trouvait le mobilier 




Voici la merveilleuse apothicairerie, que la congrégation des Filles de la Charité , qui gerait l' hopital de Tarascon, a recue en don au XVIII eme siecle .




Ces faiences sont protégées par une vitre, d'ou le reflet. Le chateau de Tarascon présente un texte interessant sur ces pots

Les pots de l’ancienne apothicairerie de l’hôpital Saint-Nicolas de Tarascon

L’apothicairerie de l’ancien hôpital de Tarascon est exposée dans les logis de service du château. Elle constitue un ensemble remarquable de pots de pharmacie fabriqués par la manufacture royale de Montpellier dirigée par Jacques Ollivier, des années 1690 à 1743. Cette manufacture fournit alors tout le Midi de la France et, notamment, l’Hôtel-Dieu Saint-Eloi de Montpellier, celui de Narbonne, Carpentras, Perpignan, Pézenas, Pont-Saint-Esprit et Toulouse.
La création de l’apothicairerie de l’ancien hôpital Saint-Nicolas de Tarascon est l’œuvre de sœur Marguerite Janin, religieuse apothicaire de l’Hôtel-Dieu de Lyon, à la demande des recteurs de l’hôpital, après la terrible peste de 1721 qui sévit alors dans toute la Provence.



En 1727 et 1732, Marguerite Janin obtient de Jacques Ollivier le don des faïences conservées au château : chevrettes, pots canons, grandes urnes à anse pour les eaux distillées. Parallèlement, elle constitue une bibliothèque riche de soixante volumes sur la pharmacie, la médecine, la chirurgie et les sciences naturelles.
Les pots de l’apothicairerie de Tarascon sont ornés de décor de grand feu, en camaïeu de bleu et brun, et de motifs figuratifs, végétaux, animaliers et humains.






Les boiseries de l’apothicairerie sont finalement réalisées en 1742 par deux menuisiers de Tarascon, Bertrand Cone et Francis Moureau. Les bois sont de noyer, de pin et d’aube.
Cette collection est la propriété du Centre hospitalier des Hôpitaux des Portes de Camargue, établissement public de santé (Tarascon-Beaucaire). Elle est mise en dépôt auprès de la Ville de Tarascon depuis 1986.
L’ancienne apothicairerie de l’hôpital Saint-Nicolas de Tarascon est classée depuis 1911 au titre des Monuments Historiques.


Cliquez sur toutes les photographies pour les agrandir. un site à visiter






Voici la cour d'honneur et du logis seigneurial. Au moyen age, la Cour d'Honneur est un lieu de vie central. Elle relie les salles d'apparat, de services, et de résidence des princes d'Anjou, cet escalier de 19 fenêtres conduit directement à la terrasse.
L'oratoire privéde la reine Isabelle de Lorraine, premiere épouse du Roi René, s'appuie sur la tourelle de l'escalier









Souvenir de l'occupation "Bunker N°1 leitfeuer zung"



Chapelle basse, le  Choeur est décoré d'une représentation du  couronnement de la Vierge et de chapiteaux aux motifs végétaux la nef est ornée  de consoles figurant des vieillards, les prophetes


Une réprésentation du diable se trouve sous la tribune en bois




Coté Rhone, la salle des festins qui acceuillait les banquets



Il vous faut regarder vers le bas , une vitre épaisse vous empechera de tomber, c'est la trappe à déchets, la poubelle , elle se trouve a l entrée de la pièce de service pres de la grande cheminée, tout tombait dans le rhone



Ces  quelques marches permettaient d'acceder aux bancs en pierre afin de regarder le fleuve



Au travers des vitraux, le Rhone et en haut de l'autre colline, le chateau de Beaucaire



Un cuisine et son four a pains se trouve près de la salle des festins



Au premier étage , le salon du Roi , un superbe plafond en bois de Mélèze est décoré de panneaux peints: Les closoirs .(cliquez pour agrandir)



Admirez les motifs, un peu a contre jour, mais l utilisation du flash permet de mieux les découvrir en photo


Un moine



Une Tarasque?



Le Soufflacul,  de nombreuses explications Les anciens considéraient que lorsque l'on mourait, on faisait un gros “pet” pour extirper tout l'air restant dans notre corps.  Au cours du XIXème, le Soufflacul eut l'idée de situer le logis de prédilection du diable sous la robe féminine, et fût -elle mini, le malin s'en accommode.



Le Chateau indique que c'est un Belier , je crois plutot que c'est un cerf



Des musiciens, mais il y a aussi des dragons, des licornes, tout un bestiaire





Tout le confort moderne puisqu'il y avait des toilettes à l'étage



Une grande Chambre, j'ai pesté contre cet extincteur, au fond une petite chambre 



De cette petit chambre on peut acceder à la tribune de la chapelle Basse



Au second étage une grand chambre , le grand retrait, l escalier permet d'acceder à la terrasse



La grande garde robe 





Nous sommes sur la terrasse, tres vaste qui permet de découvrir Tarascon, les Alpilles 



Le Rhone



Vue de la terrasse sur Beaucaire



Le Chateau de Beaucaire 



Vue plongeante sur le Rhone



Vue sur Tarascon et l eglise Sainte Marthe



Chambre de l Horloge située dans la tour ronde, appelée ainsi car elle abritait la cage d une horloge mécanique





Petite Chambre





La Chambre de parement , est décorée de sculptures de Chauves souris




Un moine circonspect?



Une autre Chauve souris



La Chapelle du Roi et de la Reine 



Une petite chambre conduit à gauche à l 'étuve du Roi, sa salle d'eau et devant vous ce petit four qui permettait de chaufer le sol 



Une Gargouille




L étuve du Roi une éspèce de Sauna,  tres petit



Grande Chambre du Roi René







Dans une petite chambre , se trouvent de nombreux graffitis, l'un d'eux aurait été  gravé par Nicolas Poncet en 1748.



"CY.GISENT.ETE.TROIS.BON.GARCON.PASSANT.NE.TINFORME.LA .CAUSE.POURQUOY.IL.Y.ETION.PASSE.ET.PRIE.DIEU.POURLEUR.CONVERSION"



Un chateau



Graffiti de prisonniers(Texte emanant du Chateau de Tarascon)

Le château de Tarascon comporte des centaines de graffiti, témoignages des différents occupants du monument depuis le XVe siècle.

LE CHÂTEAU DE TARASCON, PRISON ROYALE ET RÉPUBLICAINE

Le château de Tarascon a toujours possédé une fonction carcérale depuis sa construction au XVe siècle. Celle-ci a perduré jusqu’en 1926, date de fermeture de la maison d’arrêt départementale.
Les collections de graffiti gravés sur les murs de plusieurs salles du château témoignent de l’utilisation des salles comme cachots individuels ou collectifs.
Le château, véritable prison située à l’arrière du front de guerre lors de la guerre de Sept Ans (1756-1763), la guerre d’Amérique (1775-1783), les troubles et les guerres de la Révolution française jusqu’à la paix d’Amiens (1802), révèle aujourd’hui la mémoire de ces hommes d’équipage de plusieurs nationalités : anglaise, allemande, espagnole, italienne, néerlandaise, danoise, finlandaise et suédoise. 



Voici la Chambre de Parement.   La Chambre de parement est une locution désignant au XIV eme siecle, la partie d'une chambre qui restait publique, par opposition à la Chambre de retrait. C'est dans la chambre de Parement qu'on recevait les invités. Elle était souvent équipée d'un lit d'apparence ostentatoire
La grande cheminée est ornée du blason de pierre de Neauveau, figurant quatre lions




A nouveau un très beau plafond  cette pièce possède une grande cheminée et des latrines.





On traverse la petite chambre qui conduit au donjon



Cette chambre était utilisée comme cachot au XV eme siecle, difficile a photographier j'espere néanmoins que vous pouvez voir tous les graffitis de bateaux médiévaux, des galeres de combat, des caraques (sortes de caravelles) des Galeasses (galeres de transport de marchandises)



Ces graffitis furent gravés par des marins catalans, prisonniers du Roi



Marc Bollon, architecte et auteur, a relevé et interprété quelques-uns des graffiti les plus significatifs de l’histoire de ces marins prisonniers au château de Tarascon. Il a classé ces différents navires laissés par ces hommes selon deux grandes périodes historiques, la Renaissance et le Siècle des Lumières.
A travers ses recherches, Marc Bollon révèle les noms de ces navires qui constituent un véritable inventaire de l’imaginaire naval : galée, brigantin, galiote, fuste, coca catalane, caraque provençale, nao ibérique, sagatiera, tartane, pinque, chébec, barque de commerce, sloop of war, gabarre, goélette, cutter, schooner. Autant de noms qui constituent un répertoire de navires bien réels.(Texte émanant du Chateau de Tarascon) 





Grand navire



Graffitis a caractère religieux invoquant le Livre de Job, Autel dedié à la Vierge , chemin de Croix sur le tour de la pièce




LE CHÂTEAU, PRISON ROYALE ET RÉPUBLICAINE

Dès sa construction, le château possède une fonction carcérale dont témoignent les graffiti de bateaux. Les prisonniers militaires, espagnols (1649) et britanniques (1757, 1778-1779, 1793), hollandais,etc. ont gravé leur nom, dessiné leur bateau et indiqué leur période d’emprisonnement. Lors de la Révolution française, deux massacres de détenus, républicains (1795), puis royalistes (1797), ont lieu dans la forteresse.
Le département des Bouches-du-Rhône, nouveau propriétaire du site, ouvre, en 1816, une prison de droit commun dans l’ancien logis seigneurial. Elle ferme définitivement en 1926.





Une belle reconstitution de costumes du Moyen Age

LES GRANDES DATES DE L'HISTOIRE DU CHÂTEAU DE TARASCON

vers 1030 : mention dans les archives de la présence d'une forteresse à Tarascon
1400-1435 : construction du château dans son profil architectural actuel par la volonté de Marie de Blois et de son fils Louis II, duc d'Anjou et comte de Provence
1427 : Siège du château par des soldats catalans
1434 : René le Bon hérite du château édifié par ses deux frères Louis II puis Louis III.
1481 : Décès de Charles du Maine, neveu et successeur de René le Bon. Le château devient la propriété des rois de France.
1586 : Le château sert de lieu de garnison pour les troupes royales lors des guerres de religion
1632 : Le château sert de lieu de garnison pour les troupes royales lors du siège et du château de Beaucaire
1642 : Le château sert de prison pour les soldats espagnols battus lors du siège de Perpignan
1652 : Siège du château par les troupes royales lors de la Fronde des Princes. La garnison du château est ainsi soumise militairement à l'autorité du jeune roi de France, Louis XIV après de nombreux tirs de canons et de fusils contre les façades sud et est.(Texte émanant du Chateau de Tarascon)

J'espere vous avoir donné envie de visiter ce merveilleux Chateau qui de plus plait beaucoup aux enfants, une leçon d'histoire grandeur nature.

2 commentaires:

  1. Une de mes amies gardoises, m'ecrit

    "Je te remercie pour ton tour dans les monuments de la région... moi qui suis Tarasconnaise ... je n'avais jamais vu l'intérieur de mon noble château... de naissance.." comme quoi!!!

    RépondreSupprimer
  2. Merci beaucoup et de fait j'ai envi d'y retourner car je n'en ai pas vu autant dimanche dernier pdt les journée du patrimoine.
    Florent.

    RépondreSupprimer